Plus de 15 ans de scandales de pédophilie font trembler le clergé français

France - 13 octobre 2016

Source : LeParisien



10 juin 2000 - Les premiers scandales

La cour d'assises du Calvados condamne à 18 ans de réclusion criminelle l'abbé René Bissey pour viols et agressions sexuelles sur onze mineurs entre 1987 et 1996. Le prêtre fait appel puis se désiste pour éviter un nouveau procès. «Grâce à l'incarcération, grâce au procès et aux docteurs, j'ai pris conscience que j'étais un criminel, mot que j'avais jusque-là refusé. Je demande pardon aux familles et aux enfants», a-t-il déclaré durant son procès.

6 août 2001 - L'Eglise perquisitionnée

Un prêtre de la congrégation Saint-Jean est soupçonné d’avoir profité de son influence pour abuser sexuellement d’une jeune femme à son domicile de Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine). Dans le cadre de l’enquête, une perquisition est ordonnée dans le tribunal ecclésiastique de Lyon, où sont examinées les reconnaissances de nullité de mariages. Cette perquisition a été annulée en avril 2002 et toutes les pièces saisies restituées

4 septembre 2001 - L'évêque savait

Mgr Pierre Pican, évêque de Bayeux, est condamné à trois mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les actes pédophiles de l'abbé Bissey. L'ecclesiastique était au courant depuis 1986 mais s'est contenté de muter le père Bissey plutôt que d'informer la justice. C'est le premier évêque de France à être condamné par la justice depuis la Révolution. Il renonce à faire appel.

20 septembre 2001 - Condamné et destitué par l'Eglise

Le prêtre Bernard Mercury, 51 ans, est condamné à quatre ans de prison ferme des atteintes sexuelles sur huit enfants dont il s’occupait à Pessac, en banlieue de Bordeaux (Gironde). Le prêtre avait déjà été condamné en 1991 à 18 mois de prison avec sursis pour des faits similaires dans le Var. Son supérieur, l’archevêque de Bordeaux, a nié avoir été informé de ce trouble passé. Deux mois après sa condamnation, le prêtre a été destitué par décret du vicaire épiscopal du diocèse, il ne peut plus exercer. «C'est un acte de droit prévu par le droit de l'Eglise que j'ai posé en raison de la gravité des faits», avait décidé à l’époque Jean-Claude Hertzog, administrateur du diocèse de Bordeaux. C’est la première fois que l’Eglise rend publique une telle sanction.

11 août 2001 - Premier bilan du clergé français

Selon la Conférence des évêques de France, onze prêtres purgent à cette date une peine de prison ferme pour des faits de pédophilie. Dix-huit autres sont mis en examen, dont sept placés en détention provisoire.

25 mars 2003 - Le mobilhome de l'abbé

La cour d'assises du Calvados condamne le curé de Pont-Saint-Pierre (Eure) Émile Leblond, 84 ans, à huit ans de prison pour viol. L'abbé avait pris l'habitude d'emmener les enfants du catéchisme en vacances dans son mobil-home .

23 mai 2003 - L'abbé des Orphelins d'Auteuil

Le père Jacques Daheron, ex-salarié des Orphelins d'Auteuil est condamné à six ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur trois mineurs par les assises de Paris. La Fondation des orphelins apprentis d'Auteuil est condamnée deux ans plus tard au civil en appel.

1er aout 2003 - Les conseils aux éducateurs religieux

En 2003, les évêques de France mettent en place un groupe de travail pluridisciplinaire sur la pédophilie. Un travail d’experts et de religieux qui débouche sur la publication de la brochure «Lutter contre la pédophilie, repères pour les éducateurs».

25 juin 2005 - Un chasseur de pédophiles épinglé

La Cour d’assises des Hauts-de-Seine condamne le père François Lefort à huit ans de prison pour des crimes sexuels sur des mineurs sénégalais. Le «prêtre médecin», «héros de l’humanitaire», auteur de nombreux livres et détenteur du prix international des droits de l’homme de «La Croix» se targuait de traquer les réseaux pédophiles à travers le monde. Une mission qui l’a notamment amené au Sénégal. C’est là qu’il rencontre ses petites victimes, des garçons âgés de 11 à 16 ans. Les viols et agressions ont eu lieu entre 1994 et 1995 au Sénégal mais aussi à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), lors de tournées de conférences. Le prêtre a toujours nié les accusations.

21 septembre 2005 - Le pédophile canadien muté en France

La cour d’assises de l’Eure, condamne Denis Vadeboncoeur, 65 ans au moment de son procès, à douze ans de prison. Le prêtre canadien est déclaré coupable d’avoir violé 15 ans auparavant un adolescent. L’affaire a particulièrement embarrassé Monseigneur Jacques Gaillot, évêque d’Evreux. En effet, Vandeboncoeur est arrivé en France en 1987, et a été nommé dans une paroisse de l’Eure en 1988. Sauf que dès 1987, Mgr Gaillot recevait deux lettres l'informant du passé judiciaire de cet abbé, condamné deux ans plus tôt pour des actes de pédophilie sur quatre mineurs au Canada. Le prêtre est mort en détention en septembre 2010.

26 mai 2006 - L'affaire de l'abbé Dufour

Pierre Dufour, 71 ans, vicaire épiscopal et curé de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), est condamné pour «viols et agressions sexuelles», à 15 ans de réclusion criminelle. Il reconnaît avoir violé ou fait subir des attouchements sexuels pendant des années à au moins une dizaine de jeunes adultes durant 40 années. Deux de ses victimes s'étaient suicidées en 1997.

25 octobre 2006 - L'Eglise se porte partie civile pour la première fois

Un prêtre, Henri Le Bras est condamné à 10 ans de réclusion par la cour d'assises de Seine-et-Marne pour avoir imposé entre 1995 et 1998 des relations sexuelles à un garçon né en 1983. Pour la première fois, l'Église a été admise à se porter partie civile dans ce type d'affaire.

21 novembre 2008 - L'enquête canonique

La cour d'assises de la Corrèze condamne à 12 ans de réclusion criminelle Jean-Olivier Guinant, 56 ans, un ancien prêtre accusé de viols d'un mineur et d'attouchements sexuels sur deux autres jeunes garçons, de 1988 à 1994. La victime de viols avait rencontré le prêtre lors du catéchisme et dormait régulièrement au presbytère où il partageait parfois le lit du prêtre. L'ancien prêtre avait reconnu les faits mais a toujours nié avoir forcé l’enfant, âgé de 11 ans au début des faits. Le Vatican demande à l'évêque de Tulle, Mgr Bernard Charrier une «enquête canonique».

9 février 2009 - Le pédophile sévissait sur internet

Les parents d’un garçon de 13 ans portent plainte. L’adolescent correspondait depuis quelques jours sur internet avec un jeune adulte, disait-il. Sauf que lorsqu’il doit retrouver son ami dans un cinéma de Lille (Nord), le garçon tombe sur un homme de 38 ans, curé d’une paroisse lilloise. L’homme d’Eglise tente d’entraîner l’enfant chez lui mais la petite victime parvient à s’enfuir. Le prêtre est mis en examen et écroué quelques jours plus tard. L’homme a ensuite reconnu avoir eu plusieurs relations sexuelles avec des mineurs.

1er avril 2010 - L'Eglise rend publique une affaire

Au moment de la mise en examen d'un prêtre du diocèse de Rouen (Seine-Maritime) Jacques Gaimard, pour agression sexuelle sur mineur de 15 ans, l'archevêque de Rouen Mgr Jean-Charles Descubes, choisit de rendre public l'affaire.

20 octobre 2010 - L'enquête des évêques

Selon une enquête de la Conférence des évêques de France (CEF), 9 prêtres sont emprisonnés pour actes de pédophilie et 51 mis en examen. 45 prêtres ont purgé des peines pour faits de pédophilie.

1er décembre 2011 - L'omerta toujours en vigueur

L'ancien frère Pierre-Étienne Albert, 60 ans, est condamné à cinq ans de prison pour abus sexuels par le tribunal correctionnel de Rodez (Aveyron). Entre 1985 et 2000, il a fait plus de 30 victimes, des garçons comme des filles, âgés de 5 à 14 ans. L’homme composait les chants et les musiques de la communauté catholique des Béatitudes. A ce titre, il était appelé à travers la France dans les dizaines de «maisons» de la communauté et approchait constamment les enfants. Le procès a mis en évidence l'aveuglement de la communauté et de la hiérarchie, soupçonnés de toujours avoir su sans être intervenus.

22 novembre 2011 - Pris en flagrant délit

Le père Gaston Borges, 71 ans, est condamné à un an de prison à Sens (Yonne) pour des agressions sexuelles sur deux mineurs, dont un de 12 ans était dans son lit le matin de son arrestation en décembre 2009.

27 avril 2012 - Le curé était séropositif

Un prêtre porteur du virus du sida, Jacky Hoarau, 54 ans, ancien curé de Sainte-Marie (La Réunion) est condamné à huit ans de prison pour viols sur un enfant de choeur de 14 ans entre 2008 et 2009. Son supérieur, Mgr Gilbert Aubry, reconnaît durant le procès qu'il savait que le prêtre était séropositif et homosexuel.

15 janvier 2015 - Il s’attaquait aux enfants défavorisés

Le père Philippe Detré, 70 ans, au moment de son procès, est condamné à 18 ans de prison pour des viols et des agressions sur une dizaine de mineures entre 1976, juste après son ordination, et 2007. L’homme s’attaquait aux enfants déstructurés, voire orphelins, déficients mentaux pour certains, qu'il coirsait dans les paroisses où il a officié dans le Nord. Destinataire d'une lettre anonyme dénonçant le prêtre, c'est l'archevêque de Lille qui avait avisé la justice en mars 2011.

7 décembre 2015 - Le mis en examen célèbre toujours la messe

Le père Benoit Huet, 63 ans au moment de son procès, est condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis, pour les viols et agressions sexuelles entre 1992 et 1994 sur un garçon âgé d’une douzaine d’années au moment des faits. Le prêtre était un proche de la famille de sa victime qui n’aura dénoncé les faits qu’à ses 35 ans, en 2014. L’archevêché a gardé le prêtre en fonction à Lille même au moment où les faits ont été dénoncés. «Si l’abbé avait présenté le moindre risque, si le procureur l’avait jugé dangereux, on pense qu’il aurait été arrêté. Ça n’a pas été le cas», expliquait alors la hiérarchie religieuse à "La Voix du Nord". Mais le jour de la condamnation, le curé a été suspendu de toutes ses activités liées à son ministère de prêtre.

27 janvier 2016 - Le prêtre et les scouts

Le prêtre lyonnais Bernard Preynat, est mis en examen pour des agressions sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991. Les victimes se font connaître et écrivent même au Pape.

10 février 2016 - «Spotlight» à la française

Dans un entretien au quotidien «La Croix», le cardinal Philippe Barbarin reconnait qu’il a eu connaissance vers 2007-2008 du passé criminel de Bernard Preynat. Sauf que le père a été maintenu en poste jusqu’en 2015 sans être dénoncé à la justice.

15 mars 2016 - «Jamais, jamais, jamais»

Plusieurs plaintes sont déposées contre le haut-clergé de Lyon pour non-dénonciation. Au cœur du scandale : le cardinal Philippe Barbarin. Il est accusé d'avoir connu les actes pédophiles de Bernard Preynat et d'avoir maintenu le prêtre à son poste. Lors d'une conférence de presse à Lourdes, il nie avec force avoir couvert les actes répréhensibles de prêtres.

17 mars 2016 - La promotion qui coince

Alors que le cardinal Barbarin nie avoir couvert des prêtres condamnés pour pédophilie, «Le Parisien-Aujourd’hui en France» révèle une nouvelle affaire. Les faits remontent à 2007 à Rodez (Aveyron). Ce père, 55 ans aujourd’hui, a été condamné par le tribunal correctionnel de Rodez au printemps 2007 à dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve pendant trois ans. Il a été jugé coupable d'agressions sexuelles commises sur des étudiants d'un foyer dont il en était le responsable. A la suite de cette condamnation, il a été muté voire promu vers 2008-2009, dans le diocèse de Lyon où il est le curé d’une paroisse du Rhône. Le cardinal Barbarin est au courant du passé judiciaire du prélat «condamné à une peine avec sursis», mais considère que cette condamnation ni les faits pour lesquels il a reçu cette peine ne sont pas incompatibles avec une mission pastorale.

15 mars 2016 - Le Vatican alerté sur le «manque de compassion»

Soutenu par un évêque, un couple français très croyant dont l'enfant a été abusé décide d?envoyer au Vatican un courrier, dans lequel il énumère des propositions pour que l'Eglise apprenne à mieux gérer les plaintes des familles. Ils expliquent s?être eux-même sentis négligés en frappant à la porte de l?archevêque de Paris en 2000. Ils souhaitent qu'une procédure claire soit désormais mise en place, appellent à plus de «transparence» et de «compassion».

30 mars 2016 - L'évêché de Lyon perquisitionné

Une perquisition est menée à Lyon dans le Rhône dans le cadre d'une enquête ouverte pour non-dénonciations d'agressions sexuelles à l'encontre de responsables du diocèse dont le cardinal Barbarin.

2 avril 2016 - Deux nouvelles affaires ternissent l'image du diocèse de Lyon

Tout d'abord, les médias révèlent la condamnation le 12 février par le tribunal correctionnel de Lyon à deux ans de réclusion avec sursis à l'encontre de Guy Gérentet de Saluneau, 81 ans. Cet ancien prêtre était poursuivi pour des agressions sexuelles commises sur 8 jeunes filles entre 1989 et 2000. Enfin, une plainte déposée en 2006 par une jeune femme ressurgit et à sa demande fera l'objet de nouvelles investigations. Elle concerne un jeune prêtre, le père David, en poste dans le 2ème arrondissement.

18 avril 2016 - Un prêtre d'Orléans écarté

L'évêque d'Orléans, Mgr Jacques Blaquart, retire ses derniers ministères à un prêtre de la ville, âgé de 65 ans et mis en examen en 2012 pour des faits de nature pédophile. Ces faits avaient été signalés par l'Eglise. Ils remonteraient à 1993 et se seraient produits à l'occasion d'un camp Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ) où ce prêtre était aumônier.

25 avril 2016 - La parole aux prêtres

Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, réunit les prêtres qui dépendent de lui pour évoquer les scandales de pédophilie et d'agressions sexuelles éclaboussant depuis trois mois le diocèse. Certains ne répondent pas à l'invitation. «Globalement, au sein du clergé, on est assez choqué de sa façon de faire. Les règles sont claires et nettes : quand on est au courant de faits de pédophilie, on doit prévenir la justice. Il n'a pas respecté la loi. C'est une erreur, même si à tout péché miséricorde», confie l'un d'entre eux au «Parisien/Aujourd'hui en France».

26 avril 2016 - Le diocèse de Clermont évoque «une erreur d'appréciation»

Le diocèse de Clermont reconnaît une «erreur d'appréciation» dans sa gestion d'un prêtre soupçonné d'agressions sexuelles commises sur des mineurs lors d'une mission en Centrafrique entre 2007 et 2010. Six mois après son retour d'Afrique, le prêtre mis en cause s'était confessé à l'archevêque de Clermont, Mgr Hippolyte Simon. C'est sur ses conseils que le prêtre avait ensuite adressé lui-même un courrier au procureur de la République de Clermont en janvier 2011 pour se dénoncer. Sauf que durant l'enquête, le prêtre avait été nommé dans une paroisse de Riom. Toute activité lui a été retirée lors de sa mise en examen en septembre 2012.

27 avril 2016 - Un prêtre de Bayonne mis en cause

Le procureur adjoint Marc Marié confirme la réception d'un lettre de signalement de l'évêque de Bayonne, datée du 15 avril. Elle met en cause un prêtre du diocèse de Bayonne dans une affaire de viol sur mineur, adolescent qui est par ailleurs son neveu. Les faits ont été signalés et le prêtre en question avait été écarté plusieurs fois, notamment par l'ancien évêque de Bayonne. En 2009, l'ancien évêque reçoit le prêtre qui lui avoue des faits de pédophilie mais le réintègre en 2010. Le prêtre est finalement suspendu en avril 2016.

30 avril 2016 - Condamné, un prêtre de Toulouse exerce toujours auprès des enfants

L'archevêque de Toulouse confirme une information de Mediapart selon laquelle le père Dominique Spina officie toujours auprès d'enfants malgré sa condamnation en 2006 pour le viol d'un adolescent de 16 ans.

3 mai 2016 - Un prêtre toulousain relevé de ses fonctions

L'archevêque de Toulouse annonce qu'il relève de ses fonctions le père Dominique Spina, condamné en 2006 à 5 ans de prison, dont un avec sursis, pour le viol d'un lycéen de 16 ans en 1993. Une condamnation qui ne l'avait pas empêché d'exercer depuis 2009 en tant que responsable de la pastorale des enfants.

16 mai 2016 - Démission de Barbarin ? «Un contresens» pour le pape

Dans un entretien au quotidien «La Croix», le pape explique : «Ce serait un contresens, une imprudence. On verra après la conclusion du procès. Mais maintenant, ce serait se dire coupable.» Il exclut toute démission du cardinal.

20 mai 2016 - Barbarin reste à son poste

Lors d'un entretien au Vatican, le pape François conseille à l'archevêque de Lyon «d'attendre paisiblement» que la justice fasse son travail. Le cardinal Barbarin reste à son poste à Lyon.

7 juin 2016 - Les victimes reçues au ministère

Bertrand Virieux, Alexandre Dussot et François Devaux, les trois fondateurs de la Parole libérée, collectif de victimes de prêtres pédophiles sont reçus à Paris par le cabinet de la secrétaire d’Etat à l’aide aux victimes, Juliette Méadel. « On nous a écrit il y a un mois pour nous rencontrer. C’est une bonne chose. L’Etat s’occupe de nous, ce qui n’est pas le cas de l’Eglise. Il s’agit de protection de l’enfance, l’une des priorités de l’Etat, au-dessus de toutes considérations religieuses», nous confie Bertrand Virieux.

7 juin 2016 - Un prêtre du Puy-de-Dôme renvoyé en correctionnelle

La cour d'appel de Riom ordonne le renvoie devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand d'un prêtre soupçonné d'actes pédophiles commis entre 2007 et 2010 lors d'une mission en Centrafrique. Il avait été mis en examen en septembre 2012 pour viol et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans.

8 juin 2016 - Dix heures d'interrogatoire pour Barbarin

L'archevêque de Lyon est interrogé pendant 10 heures en audition libre (sans placement en garde à vue). L'enquête préliminaire qui vise le diocèse de Lyon touche à sa fin. il revient désormais au procureur de la République d'y donner suite ou non soit en classant l'affaire, soit en la renvoyant directement devant un tribunal, soit en saisissant un juge d'instruction, soit enfin en ordonnant des investigations complémentaires.

29 septembre 2016 - Un prêtre écroué viol, agression sexuelle sur mineure à Colmar

Un prêtre catholique de 58 ans est mis en examen et écroué à Colmar (Haut-Rhin), soupçonné de viol, agression sexuelle sur mineure et abus de confiance. Le prêtre est soupçonné d'avoir détourné des chèques destinés à la paroisse. Il reversait l'argent à une jeune fille en échange de faveurs sexuelles. Cette jeune femme, aujourd'hui âgée de 26 ans, aurait été victime de viols pendant 10 ans, jusqu'à sa majorité.

30 septembre 2016 - Plus de 400 témoignages de victimes recueillis

L'association «La Parole Libérée», basée à Lyon (Rhône), annonce avoir recueilli depuis le mois de novembre 2015, 400 témoignages de personnes disant avoir été victimes de prêtres pédophiles. Parmi ces victimes, certaines parlent pour la première fois, plusieurs décennies après les faits, explique l'association fondée par trois anciennes victimes du père Preynat.

13 octobre 2016 - Le père Preynat devra bien s'expliquer devant la justice

La cour de cassation rejette le pourvoi du prêtre qui est soupçonné d'avoir agressé sexuellement de jeunes scouts entre 1986 et 1991 dans la région de Lyon. Selon la cour de cassation, les faits ne sont pas prescrits et le père Preynat devra bien s'expliquer devant la justice.








albertonjeudi 13 octobre 2016 - 09:03:00

Page Up